fbpx

Gérer l’anxiété de l’enfant dans le contexte actuel

Atelier hygiène

La période des vacances – pour certains des fêtes – est maintenant passée, pour tous elle a été très différente de l’année dernière. En décembre 2019, nous étions loin de nous douter de ce qui allait arriver et du changement radical de notre mode de vie qui allait nous être imposé. Après des vacances de printemps en confinement drastique, des vacances d’été un peu étranges, les vacances de fin d’année sont les premières que nous avons passé avec un mode de vie presque normal.

Tout est dans ce « presque » : la maladie est encore là, les mesures de protection aussi, avec leurs contraintes et les angoisses qu’elles peuvent entraîner chez les enfants comme chez les adultes. Or les vacances sont aussi une rupture des rituels quotidiens qui rassurent l’enfant. Comment bien les passer pour tout le monde ? Enfin, comment le préserver aussi de notre propre anxiété ? Comment, en lui disant la vérité, ne pas « déverser » sur lui notre stress ?

Questions qui se posent depuis le début de la pandémie, mais qui sont plus encore plus importantes pour les parents qui, pendant les vacances, vont être en première ligne toute la journée.

La réponse tient en deux aspects, complémentaires : comment gérer l’anxiété de l’enfant, et comment préserver pendant les vacances, tout en les adaptant, les rituels qui ont été mis en place à l’école et permettent de le rassurer ?

Rendre l’enfant acteur face au danger

Quand nous préparions la rentrée de Touchatou en septembre, avec toute la refonte de nos processus de travail pour s’adapter aux contraintes sanitaires, nous avons déterminé ce qui était primordial pour l’enfant, qu’il devait absolument intégrer : 

  1. il y a un danger
  2. l’enfant peut le maîtriser

En le présentant ainsi, le danger est assimilable à celui du feu, ou d’une chute dans l’escalier. Il perd son caractère exceptionnel.

On peut aussi ajouter, par exemple

Oui, on en parle beaucoup. C’est parce que c’est nouveau et qu’on cherche comment guérir les gens. On n’a pas encore toutes les réponses. Mais on sait ce qu’il faut faire pour ne pas être malade.

Ou

Si tu tombes malade, on va te soigner, bien sûr. Mais ce n’est pas agréable. Donc on fait tout pour l’éviter.

En donnant immédiatement à l’enfant les outils pour se protéger du danger, on fait baisser la charge émotionnelle. Il n’est plus soumis à une menace complexe et invisible, mais acteur dans la « bataille contre le virus ».

L’aider à comprendre ce danger de façon concrète

Un virus, une contamination sont des notions très abstraites pour des petits. Aussi à Touchatou, nous avons mis en place des jeux pour illustrer comment le virus se propage.

Cela reste cohérent avec notre travail dans nos ateliers Montessori et l’éducation sensorielle et kinesthésique où l’enfant apprend à travers le toucher et le geste.

Le pulvérisateur et les postillons

Les enfants reçoivent des pulvérisateurs avec de l’eau colorée, qui symbolise les postillons. Ils l’utilisent en visant un carton que porte un autre enfant, et en s’éloignant peu à peu, jusqu’à ce que le carton reste sec.

Les enfants s’amusent beaucoup, et intègrent la notion de distance de sécurité de façon simple.

Les paillettes et le lavage des mains

Se laver les mains pour enlever la saleté, c’est simple. Mais pour se débarrasser des microbes ?

Nous les symbolisons avec des paillettes.

Les enfants se lavent ensuite les mains, puis touchent la main d’un camarade.

Quand ils se lavent les mains à l’eau, les paillettes restent et se collent sur la main du camarade. Quand ils se lavent les mains avec du savon, sans frotter, il y a déjà moins de paillettes, mais il en reste. Enfin, en se lavant les mains avec du savon et en frottant, ils se débarrassent de toutes les paillettes.

La bonne durée pour se laver les mains

Une petite chanson, qui détaille les gestes, ou un sablier fabriqué avec une bouteille d’eau permettent à l’enfant de passer le temps nécessaire.

Valoriser les réussites de l’enfant

Comme pour tous les ateliers ou les activités à la maison, la reconnaissance de la réussite est essentielle.

A l’école, nous avons donné aux enfants des « objectifs » avec des représentations du virus, qu’ils barrent à chaque fois qu’ils ont accompli un geste sanitaire (se laver les mains par exemple). Et à la fin de la journée, on lui dit

Tu peux être fier\fière de toi, tu as tué beaucoup de virus aujourd’hui

Toutes ces activités peuvent facilement être adaptées ou continuées pendant les vacances.

Laissez un commentaire